Immobilier : cinq questions sur l'état du marché en cette rentrée

IMMOBILIER | 3 min. de lecture

 

La rentrée marque souvent une période de transition dans le secteur de l'immobilier. Les tendances du marché évoluent au fil des saisons, influencées par divers facteurs économiques, sociaux et environnementaux. Avec une forte demande, peu d’offres et des taux de crédit toujours plus élevés, il est temps de se poser quelques questions-clés sur l'état actuel du marché immobilier.

David Souchon, courtier en prêt immobilier et en assurance de prêt, associé du groupe Euodia, vous explique ce qu'il faut savoir pour comprendre l'état actuel du marché immobilier français.

Après plusieurs années de hausse soutenue, le marché immobilier français connaît un ralentissement en 2023. Le nombre de transactions immobilières a diminué, tandis que les prix ont augmenté. Cette évolution est due à plusieurs facteurs, notamment la hausse des taux d'intérêt, qui rendent l'emprunt immobilier plus coûteux, et l'inflation, qui réduit le pouvoir d'achat des ménages.

 

Quel est l'état actuel du marché immobilier en France ? Pourquoi en sommes-nous arrivés là ?

Ce n'est malheureusement plus un secret pour personne, mais le marché immobilier connaît une baisse assez prononcée. Toutes les villes ne sont pas impactées de la même manière. Mais des baisses pouvant dépasser les 10% sur un an pourraient concerner des villes comme Bordeaux par exemple. Sont surtout concernées, les villes ayant connu une forte hausse depuis plusieurs pré Covid. La cause principale reste quand même la hausse des taux d'emprunt. En un an et demi, ces derniers ont triplé voire quadruplé. Ainsi, les emprunteurs ont constaté une forte diminution de leur capacité d'emprunt. Cela se compte souvent en dizaine voire centaines de milliers d'euros. Les vendeurs ne trouvent donc plus d'acheteur en face et sont obligés de diminuer leur prix pour trouver preneur. Les vendeurs ont tenu le plus longtemps possible mais ils sont aujourd'hui obligés de s'adapter au marché pour pouvoir vendre leur bien.

 

Les taux d'emprunt vont-ils continuer à augmenter d’ici la fin de l’année ?

Si le taux d'usure continue d'augmenter alors il n'y a aucune raison que les taux n'en fassent pas de même. La plus forte hausse a cependant déjà eu lieu. Il est aujourd'hui à 5.56% pour les prêts dont la durée est supérieure à 20 ans. Nous allons entamer, plus probablement, une période de stagnation.

 

Faut-il investir aujourd’hui ou vaut-il mieux attendre ?

C'est un contexte clairement plus favorable pour les investisseurs que pour les vendeurs. Les renégociations de prix vont bon train et nous constatons que les délais des transactions sont de plus en plus longs. Les vendeurs ayant des prêts relais en cours peuvent avoir également cette pression supplémentaire et ainsi accepter de baisser le prix de vente afin d'éviter d'arriver au terme du relais. Ce qui aurait pour eux des conséquences financières très contraignantes.

 

 

Y a-t-il des disparités régionales importantes en ce qui concerne les prix et la demande de logements ?

La disparité n'est pas forcément régionale, mais plus précise car elle s'applique ville par ville. La création de la ligne de TGV Paris Bordeaux, a fait s'envoler les prix à Bordeaux. C'est pour cela que ce type de villes, ayant connu des hausses de prix tous les ans, sont plus impactées. En ce qui concerne la demande de logements, les grosses villes ou les villes touristiques, connaissent plus de difficultés que les petites. L'effet Airbnb, diminue le nombre de bien mis à la location résidence principale en faveur d'une location courte durée saisonnière. Souvent plus rentable pour les propriétaires. Ce qui crée des pénuries de logements assez importantes pour les villes concernées.

 

Le courtier en assurance est-il le meilleur allié en cette période ? Comment s’adaptent-il à la situation ?

Il est clairement établi que la renégociation de son taux d'emprunt immobilier n'est plus possible. Cependant, la renégociation du taux d'assurance est un très bon moyen pour réaliser des économies. D'autant plus, que cette opération est largement facilité par la mise en place de la loi Lemoine. Cette loi permet de changer d'assurance à n'importe quel moment. Il n'y a plus de date d'anniversaire à respecter. ce qui était le cas précédemment. La différence entre l'assurance proposée par la banque est très souvent 2 fois plus chère qu'une assurance proposée pour un assureur externe. C'est donc un vrai levier qu'il ne faut pas avoir peur d'activer.

À noter : Investir comporte des risques de perte en capital. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

 

Prendre un rendez-vous

 

Article publié le 13 Septembre 2023

Geoffrey HENRIOT Responsable communication 25 articles rédigés

Vous souhaitez aller plus loin ? Contactez-nous :

Investir efficacement dans les ETF en 2024
FINANCIER | 3 min. de lecture Lire l'article
Pinel : devez-vous investir avant sa suppression en 2025 ?
IMMOBILIER | 2 min. de lecture Lire l'article
Growth hacking X ChatGPT : un outil innovant pour booster votre stratégie marketing
EUODIA | 2 min. de lecture Lire l'article
Quel intérêt de renoncer à une succession ?
FINANCIER | 2 min. de lecture Lire l'article
Simplification du DPE : vers un nouveau calcul pour les petites surfaces
FINANCIER | 2 min. de lecture Lire l'article