En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences.En savoir plus×Fermer

Les cookies :
Pour tout savoir sur les cookies, vos traces, vos droits, rendez-vous sur ce site : http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/

Ce site Internet utilise des cookies pour :
- Pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d'un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite.
- Afin de conserver vos informations de connexion de sorte que vous n'ayez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous revenez sur ce site web.
- Pour suivre les données analytiques sur le site. Ceci permet des mesures d'audience qualitatives et quantitatives (Google Analytics, Xiti...).
- Pour vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux via les boutons de partage Facebook, Twitter, Google +...

Comment supprimer ces cookies :
Vous pouvez choisir de désactiver/supprimer les cookies dans votre navigateur à tout moment en suivant les instructions fournies dans les fichiers d'aide de ce dernier.
Voici comment procéder pour les 4 principaux navigateurs (cliquez sur le lien) :
- Google Chrome
- Mozilla Firefox
- Microsoft Edge
- Safari

Enfin, nous tenons à vous informer que la désactivation d'un cookie pourrait empêcher ou rendre difficile la navigation ou la prestation des services proposés sur notre site Internet.
PATRIMOINE | 2 min. de lecture

Communauté réduite aux acquêts et succession

Jérémie JULIEN - 7 articles rédigés
Consultant en Gestion Privée - Partenaire indépendant
Prendre un rendez-vous

 

Communauté réduite aux acquêts : comment favoriser le conjoint survivant

La communauté réduite aux acquêts s’applique depuis 1966 à tous les couples se mariant sans contrat de mariage. Ce régime légal est gratuit et n’engendre aucun frais chez le notaire. On y distingue deux masses distinctes, dettes incluses :

  • La masse des biens propres que les conjoints reçoivent personnellement avant ou pendant le mariage par donation, succession ou legs. Pendant la période du mariage, les époux gèrent leurs biens séparément comme ils l’entendent, sauf le logement familial.
  • Les biens communs - ou la communauté réduite aux acquêts - c’est l’ensemble des biens qui ont été acquis pendant la période du mariage (soit par les deux conjoints soit par l’un des deux), y compris les salaires, gains ou revenus professionnels.

Quant aux dettes, la communauté est chargée de régler celles qui sont contractés pendant le mariage. En revanche, chaque conjoint est responsable des emprunts contractés avant le mariage.

 

Succession en cas de décès depuis 2001

Les ententes et arrangements de la communauté légale sont définies par les articles 1400 et 1408 du Code Civil :

  • S’il y a uniquement les enfants en commun, la loi laisse au conjoint survivant, après avoir récupérer 50% du patrimoine, le choix entre : le quart en pleine propriété ou la totalité de l’usufruit.
  • S’il existe des enfants d’un premier lit, le conjoint survivant ne peut légalement prétendre qu’au quart de la succession en pleine propriété.

 

#Investir

Découvrez comment RÉDUIRE VOS DROITS DE SUCCESSION.

Démarrez votre simulation

 

Comment favoriser le conjoint survivant ?

La donation entre époux, aussi appelée "donation au dernier vivant", permet d’augmenter la part successorale du conjoint survivant. Elle peut être appliquée quel que soit le régime matrimonial choisi.

Autre possibilité : la clause de préciput qui permet d'avantager le conjoint survivant en lui attribuant hors succession toute sorte de biens mobiliers (contrat d'assurance-vie par exemple) ou immobiliers. Ainsi, pour un bien immobilier, le conjoint survivant pourra le louer, le vendre, l'’occuper sans demander l’avis de personne. C’est une sécurité supplémentaire en cas de mésentente familiale entre parents et enfants.  Cependant, cette clause peut être réduite si il existe des enfants d’une première union, ceux-ci pouvant exercer "une action en retranchement"

Cette opération peu onéreuse est réalisable avant ou après le mariage chez un notaire. N’étant pas une donation mais un avantage matrimonial, elle n’est soumise à aucune fiscalité.

Article publié le 12 Avril 2022

Articles similaires

Les caractéristiques de la succession en fonction du pays de résidence
FINANCIER | 3 min. de lecture Lire l'article
L’indivision : ce qu’il faut savoir
PATRIMOINE | 2 min. de lecture Lire l'article
Comment réduire les droits de succession ?
PATRIMOINE | 3 min. de lecture Lire l'article
Communauté réduite aux acquêts et succession
PATRIMOINE | 2 min. de lecture Lire l'article
Les droits de succession en Europe
PATRIMOINE | 3 min. de lecture Lire l'article