En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences.En savoir plus×Fermer

Les cookies :
Pour tout savoir sur les cookies, vos traces, vos droits, rendez-vous sur ce site : http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/

Ce site Internet utilise des cookies pour :
- Pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d'un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite.
- Afin de conserver vos informations de connexion de sorte que vous n'ayez pas à vous reconnecter à chaque fois que vous revenez sur ce site web.
- Pour suivre les données analytiques sur le site. Ceci permet des mesures d'audience qualitatives et quantitatives (Google Analytics, Xiti...).
- Pour vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux via les boutons de partage Facebook, Twitter, Google +...

Comment supprimer ces cookies :
Vous pouvez choisir de désactiver/supprimer les cookies dans votre navigateur à tout moment en suivant les instructions fournies dans les fichiers d'aide de ce dernier.
Voici comment procéder pour les 4 principaux navigateurs (cliquez sur le lien) :
- Google Chrome
- Mozilla Firefox
- Microsoft Edge
- Safari

Enfin, nous tenons à vous informer que la désactivation d'un cookie pourrait empêcher ou rendre difficile la navigation ou la prestation des services proposés sur notre site Internet.
FINANCIER | 3 min. de lecture

Faut-il garder son PEL ?

Antoine LE SAINT - 10 articles rédigés
Consultant en Gestion Privée - Partenaire indépendant
Prendre un rendez-vous

 

Garder son vieux PEL : pour ou contre ?

Suite aux réformes fiscales et aux faibles taux d'intérêt actuels des prêts immobiliers, la capacité des épargnants à utiliser les PEL change depuis quelques années.

Le durcissement de la fiscalité, entré en vigueur début 2018, vise principalement à restreindre la déviation de l'usage fondamental des PEL, qui ont pour but d'aider les personnes à devenir propriétaires. Il se trouve que de plus en plus d'épargnants utilisent les PEL comme un support d'épargne à capital garanti.

Enfin, le nouveau taux de rendement de 1% brut (0,70% net de flat tax) est inférieur au rendement d'un livret A, d'un LDD ou d'un fonds en euros de base, sans les avantages successoraux de l'assurance-vie.

Il n'est donc plus avantageux d'ouvrir un PEL, sauf pour anticiper une hausse substantielle des taux d'intérêt dans les prochaines années. Une fois les livrets d'épargne remplis, les banquiers continuent à proposer cette alternative à leurs clients. L'intérêt patrimonial y est plus que limité, l'accompagnement est quasi inexistant et il n'y a pas de plan patrimonial ni de vision globale.

Si vous avez un ancien PEL, la rémunération d'un investissement en capital reste correcte. Les PEL ouverts entre août 2003 et le 31 décembre 2015 ont un rendement de 2,5 %. Après 12 ans, le rendement est de 1,75 % après déduction du PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) de 30 %. Cette estimation est beaucoup plus favorable pour les PEL établis avant août 2003, qui génèrent des rendements plus élevés.

A moins de rechercher les conséquences patrimoniales et successorales d'une assurance-vie, il n'y a donc guère d'intérêt à clôturer son PEL pour passer, par exemple, sur le fonds en euros d'une assurance-vie (rendement sensiblement identique).

Il faut toujours considérer ce que l'on perd en vendant, ce que l'on gagne en achetant, et ce que l'on risque en cas de hausse du rendement.

 

#Investir

Découvrez comment RÉDUIRE VOS IMPÔTS.

Démarrez votre simulation

 

Qu’est-ce qu’un PEL ?

Le Plan d'Épargne Logement (PEL) est un produit d'épargne proposés par la banque. Il vous permet de placer votre argent pour une période de 4 à 10 ans avec un taux d'intérêt fixe au moment de la souscription. Le PEL vous donne également accès à un prêt pour financer des activités immobilières pour un taux d'intérêt prédéterminé selon des critères précis.

En d'autres termes, le plan d'épargne logement est un compte d'épargne fiscalement avantageux, similaire au livret A ou au livret épargne populaire. Cependant, contrairement aux autres produits réglementés, ses règles sont régies par le Code de la construction et de l'habitation, et non par le Code monétaire et financier. Son nom l'indique : le PEL se destine à encourager la construction et l'amélioration des conditions de logement via un mécanisme de prêt pour soutenir ces activités, appelé prêt d'épargne-logement.

Le régime s'adresse uniquement aux particuliers, enfants ou adultes. Il n'est pas possible de posséder plus d'un PEL, sauf si le propriétaire hérite d'un autre PEL. En outre, si le déposant possède à la fois un CEL et un PEL, les deux actifs doivent être détenus dans la même société.

 

Fonctionnement du PEL

Obtenir un PEL nécessite d'ouvrir un compte d'épargne auprès d'une banque pendant quatre ans pour financer l'achat, la construction ou l'aménagement d'un bien immobilier.

Un PEL peut être ouvert par des enfants et des adultes, avec un maximum d'un plan par personne. Le titulaire du compte doit verser au moins 540€ par an pendant au moins quatre ans. D'autres contributions, telles que des contributions mensuelles (45€), trimestrielles (135€) ou semestrielles (270€), peuvent être versées selon les termes du contrat.

Le montant maximum qui peut être retiré par année est de 61 200€. Vous pouvez conserver votre argent sur ce compte d'épargne pendant un maximum de 10 ans et continuer à percevoir des intérêts pendant cinq années supplémentaires. Cela signifie concrètement que vous pouvez utiliser le compte pendant 15 ans au maximum, mais qu'après 10 ans, vous ne pourrez plus effectuer de paiements. Le retrait de fonds du compte entraîne l'annulation automatique du compte.

Besoin d'un conseil concernant votre PEL ? Consultez dès à présent votre conseiller Euodia !

 

Prendre un rendez-vous

 

Article publié le 15 Juin 2022

Articles similaires

Le livret A face à l'inflation : le taux d'intérêt augmente
FINANCIER | 3 min. de lecture Lire l'article
Faut-il garder son PEL ?
FINANCIER | 3 min. de lecture Lire l'article
Banque privée ou CGP : les grandes différences
PATRIMOINE | 2 min. de lecture Lire l'article