Réinventons ensemble votre épargne pour
Prendre un rendez-vous

SCPI européenne ou française, quelles différences ?

| #Immobilier

SCPI européenne ou française, quelles différences ?

L’investissement en “pierre papier” diffère de l’investissement immobilier traditionnel. C’est un collectif de biens dont plusieurs investisseurs en sont propriétaires. Les rendements générés seront ensuite distribués à travers un système de parts. De plus en plus conseillé ces derniers temps, l’investissement dans la pierre papier est vite devenu très populaire. Il affiche des taux de rendement au dessus des 4 % en moyenne chaque année.

 

Les atouts de la SCPI

Le placement “pierre papier” est premièrement plus accessible. À l’opposé d’une acquisition en direct, l’investissement ne nécessitent guère une grosse somme d’argent pour son lancement. Par exemple, il vous est possible d’investir en SCPI d’entreprise à partir de 185 € seulement. Le placement est donc plus inclusif. Additionnellement, il n’y a aucun plafond par rapport à la somme d’investissement.

Autre avantage, l’investissement SCPI présente des risques mutualisés. En effet, tout comme les bénéfices, les pertes se verront également être “redistribuées” à travers le collectif de parts. Cette mutualisation de risques est surtout valable pour le recouvrement de loyers. Si l’investissement d’une propriété se concentre uniquement sur le loyer d’un ou deux locataires, le risque est moindre dans le cas d’une SCPI. C’est étant donné le nombre supérieur de loyers disponibles.

L’investisseur en SCPI n’a nul besoin de gérer les biens physiques ainsi que la trésorerie. C’est la société de gestion qui s’en occupe. Contrairement à l’acquisition en direct, l’investisseur n’aura pas non plus à se pourvoir d’une trésorerie de secours. Les associés percevront également un loyer net de charges.  

Les SCPI proposent des rendements très intéressants. Le rendement moyen fut de 4,35 % en 2018, soit l’un des taux les plus forts en termes de placement. De manière générale, la rentabilité est souvent supérieure à celle de l’immobilier en direct.

Le système de parts rend le placement très flexible. Il est tout à fait possible d’acquérir ou de céder des parts sans pour autant abandonner le bien. C’est bien évidemment tant que vous en n’ayez pas vendu la totalité. Or, ce n’est pas le cas de l’immobilier en direct. La SCPI offre donc plus de marge de manoeuvre si vous avez besoin de capital. Dans le cas de cession de SCPI à capital variable particulièrement, l’opération se déclenche automatiquement à travers les sociétés de gestion.

 

SCPI européennes ou françaises : quelles différences ?

Elles divergent principalement sur le plan fiscal. Les SCPI françaises sont imposées comme des revenus fonciers classiques. Sur le territoire français, les revenus fonciers sont taxés à la Tranche Marginale d’imposition (TMI). Dans ce calcul, on intègre le prélèvements sociaux (17,2 %). Cette imposition peut d’ailleurs se révéler être très conséquente. Par exemple, une TMI de 30% correspondrait à une imposition de 47,2 % sur les gains liés à la SCPI.

Les SCPI européennes n’ont pas cette même considération. Premièrement, vu que les gains perçus proviennent d’un territoire étranger, ils seront exonérés  des prélèvements sociaux. L’existence de conventions fiscales, fera que la TMI ne sera pas non plus comptabilisée dans l’imposition. L’imposition tournera donc autour des 20 %, bien moindre que celle éligible en France.

À ce jour, on dénombre plus de 170 SCPI  sur le marché. Au delà de la fiscalité et du Taux de Distribution sur Valeur de Marché (DVM), il existe d’autres éléments à évaluer tels que la qualité du parc immobilier ou la réputation de la société de gestion. Il est conseillé de contacter un conseiller en gestion de patrimoine indépendant. Il saura aiguiller vos choix en fonction de vos objectifs. La sélection de SCPI est une étape complexe car elle touche tant au type de biens immobiliers que les zones géographiques concernées.