Réinventons ensemble votre épargne pour
Prendre un rendez-vous

Placements immobiliers : Qu'est-ce qui a bien marché en 2019 ?

| #Immobilier

Placements immobiliers : Qu'est-ce qui a bien marché en 2019 ?

Quelles seront les solutions pertinentes pour 2020 ? Les rendements des placements “sûrs” ne sont plus ce qu’ils étaient. Les épargnants sont aujourd’hui confrontés à deux choix : insister sur les investissements peu rémunérateurs, mais dont les fonds sont assurés, ou prendre davantage de risque, afin de produire un plus grand rendement.

Dans cette optique, l’immobilier attire toujours autant. En effet, 87% des Français jugent que la pierre demeure un domaine toujours autant intéressant. Elle représente un plan d’investissement fiable et prévisible. Avec sa rentabilité constante, de nombreux particuliers optent pour une acquisition dans la pierre afin de se constituer un revenu additionnel, préparer sa retraite ou transmettre un patrimoine. Panorama donc, des placements qui ont le plus marché en 2019.

 

SCPI

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont engrangé près de 5,8 milliards d’euros sur les neufs premiers mois de l’année. En effet, on fait état de chiffres records (mieux que ceux de 2017) concernant les collectes de 2019.  Le record de la collecte totale devrait d’ailleurs tomber cette année. Après avoir passé le cap de 4 milliards d’euros au premier semestre 2019, les SCPI ont amassé 1,5 milliards durant le troisième trimestre. La somme des 5,8 milliards d’euros a été largement acquise à travers les produits d’épargne.    

L’investissement en SCPI correspond à l’acquisition de parts d’actifs immobiliers. Vous injectez des fonds dans des sociétés qui s’occupent de la gestion des parcs immobiliers (vente, acquisition, entretien). Les sociétés de gestion se chargent du recouvrement des loyers et redistribuent les revenus sous forme de quote-part représentant votre investissement.

 

LMNP

Les Français se dirigent de plus en plus vers l’immobilier locatif pour la constitution de leur patrimoine. Selon Century 21, l’investissement locatif correspond désormais à 26,5 des acquisitions immobilières. En 2014, ce chiffre n’était que de 15%. En outre, le phénomène n’est plus exclusivement lié aux foyers aisés. C’est notamment dû à des conditions de prêt extrêmement favorables et les rendements d’autres supports (assurance vie, Livret A) qui ne cessent de diminuer. Vers la fin de l’été, le taux médian d’emprunt touchait un niveau exceptionnel à seulement 1,17%. Ainsi, le financement est cinq fois moins onéreux qu’au commencement des années 2000.

En cette fin d’année 2019, les projections de rentabilité sont au plus haut. Avec des prévisions établies à 6 ou 7 %, il n’est pas surprenant de voir de nombreux épargnants s’y intéresser. Même si ce constat fait état de rentabilité brute, et exclut donc les éventuels rabotages sous formes de fiscalité ou de charges de bailleurs, les profits attendus rendent le placement toujours pertinent. 

 

L’investissement Socialement Responsable (ISR)

Les mentalités changent progressivement et il devient évident que cette conscience écologique ne touchent plus seulement les écolos-bobos mais également la majorité des Français. Dans un tel cadre, il devient logique de s’y intéresser. 

Selon une étude de la Global Sustainable Investment Alliance, l’investissement ISR correspondait à plus de 22 milliards de dollars dans le monde en 2017. C’est soit une progression de plus de 25 % par rapport à 2014. Côté Europe, la promotion de produits ISR est en pleine explosion. La contribution de particuliers rejoint peu à peu celle des grands acteurs. Toutefois, ces derniers demeurent toujours loin devant.

Le label ISR assiste financièrement les sociétés ou les organismes qui impliquent dans leur stratégie de développement des concept sociaux et environnementaux.  Ce statut est conféré pour une période de trois ans. Le label demeure renouvelable avec des suivis intermédiaires réguliers. Pour les épargnants, ils ont ainsi davantage de garanties sur le produit investi. 

 

Crowdfunding immobilier

Selon Fundimmo, c’est plus de 129 millions d’euros qui ont été amassés au premier trimestre 2019. C’est soit une hausse de 108 % par rapport à l’année précédente et cette somme a servi le financement de 214 projets (+70 %). 

Le crowdfunding immobilier a généré un rendement annuel moyen de 9.2%. Avec cette légère hausse par rapport à l’année précédente (0,2 %), nous assistons à l’un des placements les plus à la mode. En outre, il continue de proposer une rentabilité attractive.  Afin de diluer les risques, les épargnants placent habituellement leur capitaux dans de multiples projets et sur diverses plateformes. Pendant cette période, 42 millions d’euros ont été remboursés. Au niveau du taux de retard, on identifie un recul de 1,17% par rapport à l’année précédente. Certains agents sont moins fiables que d’autres. Sur l’échantillon de 28 plateformes que Fundimmo a pu étudier, seulement cinq d’entre elles ont enregistré du retard. Si le taux de retard déploré est d’environ 25 % dans tous les cas, les risques demeurent encore minimes. En effet, les pertes en capital sont restreintes à 0,5 % en moyenne.