Réinventons ensemble votre épargne pour
Prendre un rendez-vous

L'état du marché immobilier d'entreprise et les perspectives 2016

| #Actu Fiscalité

L'état du marché immobilier d'entreprise et les perspectives 2016

Une croissance de retour dans l’Hexagone en 2015

La croissance économique française a été de 1,1% pour l’année 2015, la reprise économique est relativement bien engagée. L’investissement a été un moteur très important de cette hausse du PIB. En effet, il s’avère que les marchés de l’investissement français ainsi qu’européen ont été très dynamiques en 2015.

            Avec le retour timide de la croissance en 2015 en France, l'horizon pour l'immobilier professionnel s'éclaircit progressivement

Il y a eu une très forte accélération des investissements en France au dernier trimestre 2015. Tout d’abord, au sein du marché en immobilier d’entreprise le volume a été estimé à 23 milliards d’euros pour l’année 2015 soit en légère baisse par rapport à l’année 2014. Cette diminution peut être expliquée par le manque d’offres au sein du marché qui engendre un déplacement des capitaux sur des produits moins sécurisés. Cependant, il y a eu une hausse des volumes sur les contrats de ventes en états futurs d’achèvements (VEFA) et sur les entrepôts, de plus de 2 milliards d’euros en 2015. Malgré cela, on constate une constante divergence entre le marché locatif et celui de l’investissement.

Le marché immobilier d’entreprise : une situation assez inégale

Durant le dernier trimestre 2015, il y a eu une concurrence accrue entre les investisseurs sur les meilleurs produits, bien que la pression ait été moindre sur les biens immobiliers d’entreprise les plus prestigieux (« prime »). De plus, il y a eu un nouveau repli des taux de rendement dans toutes les zones et ceci pour l’ensemble des produits immobiliers.

Le marché des bureaux en région parisienne a été fructueux puisqu’il a connu une croissance de 4% par rapport à l’année 2014, soit avec une surface globale de 2,2 millions m2. Ce volume reprend l’ensemble des transactions qui ont été effectuées en 2015. De plus, l’attractivité sur le marché des bureaux en Ile-de-France a été confirmée puisque les locataires profitent de la baisse des loyers pour se reloger dans des endroits plus accessibles. Ainsi, au quatrième trimestre 2015, l’offre s’est stabilisée à un taux vacance de près de 7%, cela fait suite à une diminution dans Paris et une hausse dans le reste de la région parisienne.

Les perspectives 2016 pour l’immobilier d’entreprise

Les prévisions pour 2016 sont telles que peu de livraisons en blanc sont attendues puisque l’immobilier ancien prend une place croissante au détriment du neuf. En outre, sur le marché locatif, une stabilisation du loyer « prime » est prévue ainsi qu’une diminution anticipée sur le loyer moyen. La tendance prouve que le marché sera mieux orienté avec une demande attendue entre 2,2 et 2,4 millions m2 ainsi qu’une stabilité de l’offre bien que celle du neuf puisse se réduire. 

Au sein des principaux marchés immobiliers européens, le volume d’investissement continue à croître avec au troisième trimestre 2015 une hausse +25% soit pour un volume global de près de 70 000 milliards d’euros, pour un taux de rendement de près de 6%. Les investissements varient en fonction des pays, avec tout d’abord 37% des liquidités qui sont investies au Royaume-Uni, 19% en Allemagne, 14% en Espagne, 8% en France et le reste dans les autres pays voisins. L’intensification des investissements dans les pays européens permet d’offrir des rendements élevés. De ce fait, il y a une forte concentration des accords sur les produits les plus liquides. Les produits sont massivement investis dans les bureaux à 38%, à 32% dans les commerces, à 8% dans les entrepôts et à 21% dans d’autres locaux. Le marché allemand est un des pays les plus dynamiques dans lequel de nombreux flux de capitaux sont dirigés.

L’année 2015 a été une des meilleures années sur le plan de l’investissement immobilier professionnel depuis l’année historique de 2007. Par ailleurs, sur les marchés européens, 2016 devrait voir la demande placée gagner en efficience tandis que le marché du neuf restera limité.