Réinventons ensemble votre épargne pour
Prendre un rendez-vous

IMMOBILIER LOCATIF : BORDEAUX RESTE LA VILLE OU IL FERAIT BON INVESTIR

| #Actu Fiscalité

 

IMMOBILIER LOCATIF : LE CHOIX PATRIMONIAL PRÉFÉRÉ DES FRANÇAIS

Au classement des investissements préférés des français, la pierre occupe toujours le premier rang. Début 2015, 60% des ménages français étaient propriétaires de leur résidence principale et 18% possédaient par ailleurs un autre logement (résidence secondaire, logement vacant, loué ou mis à disposition gratuitement). La proportion de ménages propriétaires d’un second logement est encore plus significatif chez les cadres (29,6%), les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (31,7%)et les professions libérales (41,6%). Derrière ces chiffres se dessine clairement le premier objectif des ménages qui investissent dans la pierre : il s’agit en premier lieu de réaliser un investissement sécurisé générant des revenus complémentaires, notamment pour la retraite. La faiblesse des taux d’intérêt, les incertitudes attachées aux marchés financiers et le système de retraite par répartition risquent de soutenir favorisent le mouvement. Investir dans l’immobilier apparaît donc comme le moyen le plus sûr et le plus efficace de se constituer un patrimoine. Toutefois une question demeure : où investir et dans quel cadre ?

BORDEAUX : UNE DES VILLES LES PLUS ATTRACTIVES POUR INVESTIR

Au classement des villes les plus attractives, Bordeaux occupe les premiers rangs. Il est vrai que la métropole girondine présente de nombreux atouts, démographique en premier lieu.  Avec plus 850 000 habitants l’agglomération bordelaise se hisse à la 7e place au classement des agglomérations les plus peuplées de France. Les nouveaux résidents continuent à affluer sur le territoire de Bordeaux Métropole. A horizon 2030, les autorités envisage d’accueillir près de 100 000 nouveaux habitants et soutient la construction de 60 000 logements. La ville est par ailleurs un pôle universitaire de premier plan qui acceuille près de 90 000 étudiants.

L’attractivité de l’agglomération bordelaise résulte également de la stabilité du marché immobilier. Les récents remous du marché de l’immobilier ont moins durement touchés Bordeaux et sa périphérie. Côté budget, comptez entre 3300 et 5200 € du mètre carré dans le neuf à Bordeaux, selon le quartier. Les prix sont bien évidemment plus accessibles en périphérie.

INVESTISSEMENT PINEL : PROFITER DU PROJET BORDEAUX-EURATLANTIQUE

Lancé à la fin des années 2000, le projet Bordeaux-Euratlantique a été reconnu opération d’intérêt nationale. Ce programme va bénéficier de l’ouverture en 2017 de la nouvelle ligne LGV permettant à terme de relier la métropole girondine à Paris en 2H, Toulouse en 1H et Bilbao en 1H40. L’ambition du projet Bordeaux-Euratlantique est de transformer une zone de près de 750 hectares réparties sur les communes de Bègles, Bordeaux et Floirac, de part et d’autre de la Garonne. Il s’agira en premier lieu de dynamiser l’activité économique bordelaise, via le développement d’un centre d’affaires international de plus de 500 000 m2 de bureaux. A terme, cela devrait permettre la création de 25000 emplois. Projet économique, Bordeaux-Euratlantique envisage également la création d’une zone d’habitation accueillant à terme 40 000 nouveaux résidents. Cela implique la construction de près de 20 000 nouveaux logements et résidences de services. Le respect du cadre de vie de ces nouveaux résidents est au cœur du projet Bordeaux-Euratlantique. De nombreux équipements socio-culturels et d’enseignement devraient sortir de terre, de même que 50 hectares d’espaces verts.Le projet Bordeaux-Euratlantique ne manque pas d’atouts pour attirer les investisseurs en quête de rentabilité locative et de revalorisation foncière sur le long terme. Les prix au mètre carré du neuf y sont par ailleurs inférieurs à ceux rencontrés dans le centre de Bordeaux ou dans les villes voisines de Pessac et Talence. Comptez environ 2100 € du m2 à Floirac, 2500 € à Bègles et 3100 € dans le quartier Nasouty.

N’hésitez pas à investir dans le cadre du dispositif Pinel pour diminuer votre effort d’épargne, d’autant plus que la redéfinition des plafonds de loyer à la hausse permet d’envisager des loyers plus élevés. Pour rappel, la réduction d’impôt est calculée sur la base du prix de revient du logement, retenu dans la limite de 5 500 € par mètre carré de surface habitable, sans pouvoir toutefois excédé 300 000 € par contribuable et pour une même année d’imposition. Sous réserve de respecter les conditions d’application, l’investisseur bénéficie d’une réduction d’impôt de 12, 18 ou 21 % (pour les investissements réalisés en métropole) répartie sur six, neuf ou douze ans. Autrement dit, un investisseur faisant l’acquisition d’un bien en métropole dont le prix de revient s’élève à 300 000 € peut au final bénéficier d’une réduction d’impôt totale sur 12 ans de 63 000 €. L’effort d’épargne s’en trouve d’autant réduit.