Réinventons ensemble votre épargne pour
Prendre un rendez-vous

Les greens bonds, le futur du domaine financier ?

| #Green

Les greens bonds, le futur du domaine financier ?

 

Dans le domaine de l’investissement bancaire, les organismes financiers proposent de financer des projet écologique, qualifié aussi d’énergie verte, ou l’achat à crédit de quottassions carbone pour les entreprises.

Dans le secteur de la gestion des actifs, il existe des moyens de monter de fonds entrepris par les cellules financières pour aider à démarrer des projets dit « d’éco-innovation ».

La majorité de ces produits financier sont principalement des « greens bonds » soit des « obligation verte » proposé par l’état dans le but de limiter les rejets de CO2 mais aussi d’entamer un nouveau pas vers la réduction des gaz à effet de serre.

Sur le sujet, la France se distingue face aux autres pays par son leadership à entreprendre des solutions pour l’environnement avec une forte attractivité économique.

 

Mais concrètement quel genre de projets sont entrepris avec ces « greens bons » ?

 

Pour le moment, cela permet essentiellement aux entreprises d’investir dans des infrastructures, projets, ou systèmes de fonctionnement renouvelable, donnant ainsi une alternative conséquente aux crédits bancaires. Le but principal ? s’éloigner des énergies fossiles et se rapprocher des énergies renouvelables propre pour un futur économique qui pourra être considérer comme plus saint et durable.

Cependant plusieurs limites subsistent.

Tout d’abord le « green-washing », due aux ambiguïté concernant le statut juridique entourant les greens bonds. En effet, il n’y a aucun terme, aucun standard permettant de définir une véritable limite dans ce domaine. Cela à pour effet de porter préjudice à l’idée de fond, car le système marketing actuel exploite cette image écologique alors que souvent leurs projets s’en éloignent.

En 2015 la France à mit en place un label : « label transition énergétique et écologique pour le climat”, même si au niveau international, les standards de bases ayant été mis au claire par diverses associations n’ont suscité aucun consensus.

Enfin en comparaison avec la dette encours au niveau international s’élevant à 70.000 milliard de dollars, l’effet de levier engendré par les greens bonds, à peine 221 milliards de dollars, paraît quasiment inexistant. Cependant, ce marché évolue très vite, avec une augmentation de 27% en 2 ans.

 

Que pouvons nous en conclure ?

 

Bien que les greens bond sont pour le moment minime à diverses échelles, elles permettent une alternative aux crédit bancaire tout en assurant, en France, une qualité économique durable en terme d’écologie. Dans un futur proche, il se pourrait fortement que ce moyen de financement guide plusieurs entreprises dans une reconversion aux énergies propre tout en stimulant l’économie d’investissement.